Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Zoom

Au fil du bois, constructions écologiques à Chanteix



“Au Fil du Bois” est une Société coopérative ouvrière à participation composée d’artisans regroupés autour des valeurs de l’écologie et de l’artisanat traditionnel. Fondée en 2010 à Chanteix, ses dirigeant parient sur l’avenir de la construction bois écologique en Corrèze. Loin des effets de mode, ces artisans de la construction ont décidé de placer l’écologie et l’humain au coeur de l’entreprise.



Grégory Daniel, Philippe Favreau et Cyril Lallement font partie des associés de la Scop “Au fil du bois”
Grégory Daniel, Philippe Favreau et Cyril Lallement font partie des associés de la Scop “Au fil du bois”
Partage. Progrès. Écologie et liberté. Voilà quatre mots qui résument bien l’esprit de l’entreprise “Au fil du bois”. En 2006, quand Philippe Favreau “délocalise” son entreprise de menuiserie de Vendée en Corrèze, il débarque avec l’intention de trouver un associé intéressé par la construction écologique. Motivé par l’arrivée du fournisseur de matériaux Ecobio, il rencontre Cyril Lallement sur le chantier du centre agroécologique “Battement d’ailes” à Cornil. Rapidement, les deux professionnels tombent d’accord pour partager des moyens, du matériel et surtout le même état d’esprit.
 
En 2010, avec une certaine idée du travail d’artisan qui les pousse à toujours plus d’innovation et de rigueur, ils démarrent l’entreprise sous forme de Société coopérative ouvrière à participation. Au sein de la SCOP, c’est le principe : l’humain est au coeur de l’entreprise. Les membres sont tous solidaires et chacun participe aux tâches administratives et commerciales. Chaque membre de l’équipe se doit d’être polyvalent. “Nous sommes à la fois tous interchangeables et tous indispensables”, expliquent-ils. Petit à petit, ils seront rejoints par Guillaume Pereira, Matthieu Hennion et en 2011 par Grégory Daniel. Aujourd’hui, la Scop compte 5 employés dont 4 associés.
 
L’isolation est à la base de leur travail
 
Spécialisés dans la construction écologique, les artisans de la Scop réalisent des rénovations et constructions de maisons, en collaboration avec les autres corps de métiers du bâtiment : plombiers, électriciens, architectes…
 
L’isolation est à la base de leur travail : ils utilisent uniquement des matières végétales (cellulose, fibre de bois, liège, chanvre…) plutôt que minérales. Comme dans la nature, ces matières permettent le transfert de l’eau. Les murs sont respirants : ils évacuent l’humidité vers l’extérieur tout en étant parfaitement étanches à l’air. Ceux-ci nécessitent moins d’énergie grise et permettent d’atteindre des niveaux de performance énergétique élevés (de la RT 2012 jusqu’à la maison passive). Alors, oui, les différences de prix peuvent être importantes sur la mise en oeuvre et les matériaux mais, elles sont à comparer avec l’amélioration des performances, la réduction de la consommation d’énergie et la durée de vie.
 
Être « écolo », bien plus que des mots
 
Mais, pour les membres de la Scop, être écologique ne se résume pas à de simples mots : “c’est la base même de l’entreprise.” Aujourd’hui “tout le monde se dit écolo”. Et ce mot est galvaudé, parfois mal connoté. De leur côté, les “Scopeurs” ont la sensation d’expérimenter “la façon de travailler du futur”, convaincus d’avoir “quelques années d’avance”. Chaque jour, ils inventent une nouvelle façon de travailler, tâchent de donner du sens à ce qu’ils font, du sens à ce qu’ils sont. Sans jamais ne rien lâcher sur l’écologie qui impose une mise en oeuvre plus pointue, plus technique et demande plus de disponibilité vis à vis des clients, une certaine éthique de vente.
 
“Au fil du bois” utilise du bois issu de Corrèze à 95% (douglas, châtaigner, mélèze, peuplier, frêne, acacia), travaille avec des scieries locales de qualité (notamment Vigeon à Naves). Pour éviter tout traitement nocif à l’environnement, les artisans utilisent la partie centrale du tronc qui est naturellement durable : le duramen, également surnommé “bois parfait”.
 
Ils réalisent des constructions et rénovations à ossature bois, des charpentes traditionnelles, travaillent dans les règles de l’art et intègrent la question de l’isolation dès la conception de la structure. Toutefois, et malgré une forte demande, ils ont fait le choix d’arrêter l’activité de menuiserie qui n’était pas rentable pour l’entreprise. Ils continuent cependant d’assurer la pose d’huisseries en bois (les Menuiseries corréziennes à Donzenac) et de parquets massifs fabriqués en Corrèze (Fraysse à Chameyrat).
 
Les clients arrivent jusqu’à la Scop grâce au réseau de l’éco-construction en Corrèze, par le bouche à oreilles, ou sur recommandation d’autre artisans. Toutes les classes sociales sont concernées mais la plupart des clients sont déjà engagés dans une démarche écologique, parfois très poussée et d’autres ont envie de changer, pour des questions de qualité de vie. La Scop s’adresse également à des associations, des pros, des opérateurs publics et travaille uniquement dans les environs, jusqu’à une heure de route maximum.
 
Dans un contexte difficile, les associés ne se préparent pas à une augmentation fulgurante de la demande. Par essence, le marché est local. Il reste donc limité tandis que la construction bois attire toujours plus de concurrents. Les associés savent que la Scop est faite pour grossir le moment venu. Ils attendent et espèrent que la transition écologique se fasse rapidement. Pour cela, ils observent avec attention l’inclusion de clauses écologiques dans les appels d’offres, participent à la construction d’éco-hameaux ou de bâtiments éco-construits («résider pour entreprendre» à Meyrignac l’église…). Tout simplement parce qu’une Scop répond aux mêmes impératifs économiques qu’une entreprise classique.






Jeudi 20 Février 2014
Lu 957 fois