Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Zoom

Bernard Foussat, maçon à Noailles



Bernard Foussat, 49 ans, travaille au sein de l’entreprise familiale de maçonnerie créée par son père en 1958. Portrait d’un entrepreneur passionné, doté d’un savoir-faire qui se transmet de génération en génération…



Bernard Foussat, maçon à Noailles

Dès son plus jeune âge, Bernard Foussat participe à l’affaire familiale. Durant les vacances scolaires, il partage son temps entre les joies du cahier de vacances et le travail sur les chantiers. Très concerné par la vie de l’entreprise, le jeune homme prépare un CAP et un brevet de maîtrise en maçonnerie au CFA de Tulle. En 1983, Bernard Foussat, âgé de 20 ans, décide de s’associer avec son père. Puis, fort de son expérience acquise auprès des « compagnons » en cours du soir durant trois ans et de ses réseaux relationnels, il créé sa propre EURL en avril 1990 sous le nom de  « Bernard  Construction » à Noailles. Il obtient le titre de Maître Artisan en 2004, devient administrateur de la Société Coopérative Artisanale des Matériaux (Scam19) et administrateur  de la Société Coopérative de Construction du Bâtiment (Socobac).
 
Sa spécialité ? La pierre sous toutes ses formes !
 
Bernard Foussat, accompagné de deux salariés, effectue tous travaux de maçonnerie : ouvertures, taille de pierres, entretien d’immeubles, souches de cheminées, canalisations, clôtures, murs d’enceinte, enduits à l’ancienne. Mais également des aménagements extérieurs : dallages, murets, barbecues, jardinières, murs en pierres sèches...
Particulièrement attiré par la restauration, M. Foussat a participé à la rénovation de plusieurs châteaux, dont celui de Noailles, mais aussi d’anciennes granges, de magasins, de restaurants... 
Sa spécialité ? La pierre sous toutes ses formes ! Parmi elles, le brasier, le gré rouge ou brun, le calcaire, la pierre du Lot, le granit ou encore la pierre d’ardoise. Le professionnel taille la pierre à la main, à l’aide d’une chasse. Cet outil en acier permet, grâce à son extrémité biaisée, de dégager un plan franc dans la pierre de façon très précise. La difficulté varie selon la grosseur et la forme de la pierre : « plus il y a d’angles, plus il faut du temps pour tailler » explique t-il. Un savoir-faire inné pour celui qui, adolescent, s’amusait déjà à façonner toutes sortes de pierres.
Soucieux de l’environnement, le maître artisan réalise de temps à autre ses enduits au chanvre. Cette technique, peu répandue, permet de conserver l’équilibre hydrique et l’inertie des murs tout en optimisant la consommation d’énergie. Au delà des activités traditionnelles, l’entreprise, agréée par une compagnie d’assurances, intervient dans la résolution de sinistres, participe à la remise aux normes des sous-stations électriques (agrément SNCF) et travaille également pour les administrations (sous préfecture…).
 
Chaque matin, l’entrepreneur prépare son matériel au sein de l’entrepôt situé à quelques pas de son domicile (chargement, planification, démarrage des véhicules...). Dès 8 heures, il se rend sur les chantiers où il passe la majeure partie de son temps. Par ailleurs, il rencontre ses clients et s’occupe avec sa femme, ponctuellement investie dans l’entreprise, des tâches administratives : réalisation des devis, comptabilité, courriers, ou encore, plans de construction/rénovation qu’il élabore généralement avec un architecte.
 
« La plupart de nos clients sont des connaissances »
 
Sympathie et professionnalisme sont probablement les mots qui caractérisent le mieux ce professionnel du bâtiment. Attentif à la satisfaction de ses clients, il conserve depuis des années les albums photos de ses chantiers et les lettres de remerciements. « La plupart de nos clients sont des connaissances » affirme t-il. Inutile de prospecter commercialement. Bernard Foussat travaille principalement pour des particuliers (80%) et intervient sur le secteur de Brive et dans un périmètre de 30 km aux alentours.
 
Beaucoup de « petits chantiers »
 
La concurrence, qui s’est fortement accrue dans le domaine du bâtiment, ne nuit pas à l’activité du gérant. Néanmoins, il précise : « dans cette période d’austérité, on assiste aujourd’hui à une succession de petits chantiers qui demandent davantage de travail en terme de préparation et installation ». Auparavant, il y avait environ huit mois d’attente et il était difficile de répondre à une demande omniprésente. Depuis 2010, les chantiers sont plus courts (une semaine) et le carnet de commande est complet pour quatre mois seulement. 
 
Après 54 ans d’existence, la « maison Foussat » est bel et bien décidée à continuer sur sa lancée. Pour 2013, deux grands projets de restauration sont déjà en perspective. La transmission de son savoir-faire et de sa passion fait également partie de ses engagements : « l’alternance est l’un des meilleurs moyens d’insertion dans la vie active. J’ai moi-même formé plusieurs apprentis au sein de mon entreprise » déclare t-il. Avant de confier que sa plus grande fierté est de réaliser des œuvres qui restent au fil des années.  
 

Bernard Foussat, maçon à Noailles

Mardi 1 Janvier 2013
Lu 748 fois