Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Edito

Chers collègues artisans





Chers collègues artisans
Les chiffres 2014 sont à présent disponibles. Globalement l’activité a reculé encore cette année, les TPE du commerce et de l’artisanat sont à bout de souffle. Presque tous les secteurs sont dans le rouge et l’absence de perspectives de reprise à court terme mine la confiance. Les carnets de commande rétrécissent, les demandes de devis se raréfient et les plans de charge sont de plus en plus légers, les trésoreries souffrent et la problématique du financement s’impose comme une urgence.
L’artisanat du bâtiment, déjà atteint, enregistre des records de baisse d’activité.
Forcément la réduction des effectifs dans les métiers a forte main d’œuvre s’est poursuivie. Il faut, à ce propos, saluer la combativité des chefs d’entreprises artisanaux, hommes et femmes de passion, pour pérenniser l’activité, protéger les emplois et continuer à embaucher des apprentis.
Cela me permet d’évoquer l’ensemble des mesures visant à soutenir les entreprises qui font cet effort en faveur de l’apprentissage.
Les incitations sont significatives  notamment l’aide supplémentaire instituée pour l’embauche d’un premier apprenti ou d’un apprenti supplémentaire depuis le 1er juillet 2014. Ce dispositif s’ajoute à la prime à l’apprentissage de 1000 € par année de contrat, offerte aux entreprises de moins de 11 salariés et au crédit d’impôt apprentissage de 1 600 € (au moins pour la première année), cumulable l’un et l’autre avec le CICE.
Dernière en date, en plus de l’exonération de cotisations sociales applicables à l’ensemble de nos entreprises, toute TPE devrait se voir attribuer une aide forfaitaire de 368 € par mois pour la première année d’apprentissage d‘un mineur.
Parmi les autres faits marquants, saluons deux mesures appelées à faciliter la vie de nos apprentis et de leurs maitres d’apprentissage : le travail en hauteur et l’utilisation des machines dangereuses sont simplifiés.
Toutes ces dispositions vont dans le bon sens, dans la direction souhaitée et prônée par les chambres de métiers. Cela permet de préparer la relève et constitue une incitation puissante à embaucher alors que les « spécialistes économiques» nous annoncent un retour progressif de la croissance.
Entre optimisme béat et inquiétude forte, en tant que chef d’entreprise, il nous faut rester réaliste et vigilant. Aussi, en cette période de fin d’année scolaire je ne peux que vous inviter à vous rapprocher de votre chambre de métiers et du CFA  pour accueillir au sein de votre entreprise un apprenti ou pour faire état de vos projets, de vos interrogations ou difficultés. Nous sommes à votre écoute !

Chers collègues artisans

Chers collègues artisans

Jeudi 9 Juillet 2015
Lu 130 fois