Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Zoom

Eric Lamy, artisan chocolatier à Brive



Eric Lamy propose une savoureuse gamme de chocolats maison dans une boutique très convoitée du centre-ville de Brive. Fou de chocolat, il exprime chaque jour sa passion grâce à des moteurs qui lui sont essentiels : la générosité et l’inventivité.



Eric Lamy, artisan chocolatier à Brive

Eric Lamy, artisan chocolatier à Brive
Originaire de Charente, Eric Lamy s’éprend du chocolat dès son plus jeune âge et décide d’en faire son métier. Il s’inscrit dans la toute nouvelle section CAP chocolaterie-confiserie du Mans avant de partir faire ses armes chez Jean Daumoinx à Paris. Commence alors le parcours de celui pour qui « un chocolatier nait chocolatier et le reste ». Quelques années plus tard, après avoir crée une première entreprise à La Rochefoucauld, il s’installe à Brive et crée avec son épouse Marie « La Chocolaterie » en 2004.
 
Un lieu magique…
 
Courue de tout le pays, « La Chocolaterie » est bien plus qu’une boutique de chocolats. Le lieu est magique. La vitrine est un feu d’artifice de chocolats. Les figurines géantes attirent les regards pourtant pressés des passants. Les forcent à s’arrêter. Les émerveillent et les transportent un instant dans leur plus tendre enfance, dans la douceur d’un rêve éveillé. Éric Lamy y exprime son amour immodéré pour le chocolat : « Le chocolat, c’est une matière à part entière, c’est une âme aussi. On le respecte et on lui est fidèle » lance t-il avec enthousiasme. 
 
« La Chocolaterie » propose une gamme de chocolats de fabrication maison du plus classique au plus original : palet or, praliné noisette, pâte d'amande orange, mais aussi ganache réglisse, ganache pain d'épices, couche yaourt passion... en tout, plus de 35 variétés de bonbons et de chocolats. Des chocolats fondants riches en cacao sans aucun conservateur, aucun stabilisateur, aucune congélation. 
 
L’équipe de six personnes fabrique et répond aux sollicitations des clients dans une ambiance euphorique. Toute l’année, elle accueille des groupes de jeunes et leur fait découvrir le métier, les méthodes de fabrication. Parmi les clients fidèles, arrivent les touristes anglais, allemands, espagnols… les ados pour la Saint Valentin et les enfants qui s’offrent deux ou trois macarons à la sortie de l’école. 
 
Depuis son laboratoire, Éric Lamy travaille en direct et sous les yeux des clients grâce à un écran plasma qui retransmet ses faits et gestes dans la zone de vente. La fabrication du chocolat exige d’être « rigoureux et précis, particulièrement pour la température de cuisson. Pour maîtriser une courbe de température de chocolat, il faut environ cinq ans » détaille t-il. Le chocolatier utilise des repères visuels, sensoriels mais aussi tactiles. Le geste doit être fluide pour assurer la meilleure esthétique à ses créations. 
 
Être chocolatier, c’est être un peu fou !
 
Intarissables sur le sujet, les Lamy connaissent le chocolat par coeur. Tout est dans le produit et la passion. « Ici on ne travaille pas. On s’éclate et notre plaisir est de faire partager notre passion» expliquent-ils. « Être chocolatier, c’est une philosophie. C’est avoir une âme généreuse, inventive, c’est être fou !» Alors, le chocolatier sort sans cesse des sentiers battus, refuse de « faire les choses comme les autres » et se place dans le défi permanent de la créativité : « le métier de chocolatier permet de créer, façonner et imaginer. Il vous offre cet incroyable sentiment de liberté. » 
 
Pour ce boulimique de travail, innover c’est aussi investir dans l’avenir. Acheter de nouvelles machines et construire un laboratoire entretiennent et développent la dynamique de créativité de l’entreprise.
 
Éric Lamy puise sa force dans «l’énergie et la puissance» du chocolat, des qualités qui permettent de casser les barrières et d’être un véritable artisan au sens noble du terme. «Je ne suis pas un artiste, je ne suis pas un commerçant, je suis un artisan. J’en suis fier.» lache-t-il.


Mercredi 3 Avril 2013
Lu 1751 fois