Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Zoom

Florence Mossion, artisan coiffeur à Brive



Passionnée par la coiffure, Florence Mossion a toujours voulu en faire son métier. Dès son plus jeune âge, elle a saisi les différentes opportunités qui s'offraient à elle pour atteindre son rêve. A force d'implication et de motivation, elle a réussi à ouvrir son propre salon. Retour sur le parcours d'une jeune femme volontaire.



A 30 ans, Florence Mossion a décidé de reprendre un salon de coiffure à Brive.
A 30 ans, Florence Mossion a décidé de reprendre un salon de coiffure à Brive.
Depuis sa petite enfance, Florence Mossion nourrit un rêve : celui d'être coiffeuse. Dès son entrée en 3e, elle décide de chercher une formation en apprentissage pour suivre sa vocation. "J'étais une jeune fille très timide, j'avais du mal à m'exprimer et à m'ouvrir aux autres. J'ai souvent été confrontée aux critiques et aux jugements pendant cette période de recherche."
Un jour, la bonne nouvelle tombe : son dossier est accepté pour un certificat d'aptitude professionnelle à Bourganeuf. Sur son petit nuage, Florence n'hésite pas une seule seconde à quitter son village d'Ussac pour aller poursuivre ses études en Creuse.

Une réelle passion

Florence Mossion, artisan coiffeur à Brive
Elle se forme aux techniques de couleur et de permanente et met en pratique ses cours dans le salon de coiffure de Jean-Noël Thomas à Brive. Passionnée, Florence s'investit dans la structure : "En plus des stages encadrés par l'école, je rentrais de Creuse les vendredis soirs et je passais mes week-ends, mon temps libre et mes vacances à travailler au salon."

À la fin de son CAP, Florence décide de poursuivre ses études. Elle obtient son Brevet professionnel visagiste styliste au CFA des 13 vents à Tulle puis le Brevet de coloriste permanentiste en candidat libre. En 2007, M. Thomas prend sa retraite. Florence Mossion quitte alors le salon et se fait embaucher dans une franchise. "Je voulais voir autre chose et j'ai été déçue. Il y avait beaucoup de passage mais peu de clients fidèles. C'était difficile d'entretenir de vraies relations". Cette nouvelle expérience permet à Florence de savoir ce dont elle a vraiment envie : une clientèle régulière, proche, avec laquelle il est possible de créer un lien. Après onze années d'expérience comme salariée, elle se lance donc un nouveau défi : acheter un salon.

Un accompagnement rassurant

Pendant plus de deux ans, elle fait les petites annonces, enchaîne les visites sans trouver son bonheur. Pour accélérer ses recherches, elle prend contact avec Thierry Goursolle du service transmission reprise de la Chambre de métiers et de l'artisanat. "J'ai pu lui faire part de mon projet, parler de mes envies, de mes attentes. Son aide m'a été précieuse".

Après plusieurs visites, Florence tombe sous le charme d'un petit salon boulevard Voltaire à Brive et décide de le racheter. A ce titre, elle rejoint le dispositif d'accompagnement ARTER. Pendant 5 jours, elle suit le stage de préparation à l'installation (SPI) et apprend les bases en gestion et comptabilité nécessaires à une bonne reprise d'entreprise.

En parallèle, elle décide de travailler aux côtés de la cédante du salon, Mme Champseix, pour se familiariser avec la clientèle. En août, la vente s'officialise. Florence se lance alors dans des travaux de rafraichissement. "Je suis quelqu'un de très simple. Je voulais un salon à mon image, où les gens se sentent à l'aise."
Elle réalise donc des aménagements intérieurs et habille la vitrine en vert fluo pour interpeller les passants et faire connaître le changement de propriétaire.
Désireuse de lui apporter son aide, Mme Champseix reste à ses côtés pendant un mois. Puis, Florence prend son envol. "J'étais angoissée, je me posais mille questions... Mon mari et mes deux filles m'ont beaucoup soutenue. Aujourd'hui je suis ravie de ne pas avoir baissé les bras".

Un rêve éveillé

Florence Mossion, artisan coiffeur à Brive
Cela fait maintenant un an que Florence est installée à son compte. La clientèle composée d'hommes, de femmes et d'enfants est restée fidèle et s'est développée. Les journées sont rythmées par les couleurs, les permanentes, la gestion du planning. "J'ai parfois 3 clients en même temps et je déteste les faire attendre. Il faut donc apprendre à jongler".

La jeune coiffeuse peut enfin profiter des moments de partage qu'elle attendait. Avec certaines clientes, une complicité s'est créée et régulièrement, elle reçoit des fleurs, des gâteaux, des chocolats en guise d'affection. Florence commence également à réfléchir à l'avenir et pense suivre de nouvelles formations. Elle souhaite développer son affaire et pourquoi pas embaucher dans quelques années. Prévoyante, elle a adhéré à la Fédération nationale de la coiffure de la corrèze en janvier dernier dans l'optique d'être accompagnée et conseillée dans ses futures démarches de recrutement par exemple.

Aujourd'hui, Florence Mossion est fière de son parcours et souhaite que les belles rencontres se poursuivent. Son nouveau rêve ? Qu’un jour ses filles suivent son chemin et reprennent le salon.

Samedi 15 Octobre 2011
Lu 2591 fois



Nouveau commentaire :

Votre message sera validé par notre modérateur avant publication. Merci de votre commmentaire.