Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Zoom

Jean-Luc Boisson Manager d’artistes de la rénovation

>> Un métier, un artisan



En 2001, Jean-Luc Boisson est cadre commercial en région parisienne. A 46 ans, c’est avec sa famille qu’il passe, comme chaque année, ses vacances dans notre région. Des vacances qu’il occupe à la restauration de maisons anciennes, des maisons de famille pour la plupart. Il faut dire que M. Boisson est passionné par les constructions en pierres. Une passion qui le pousse à changer radicalement de vie et à reprendre l’entreprise de maçonnerie Chirol, basée à Marcillac-la-Croze, près de Meyssac. Depuis bientôt 3 ans, Jean-Luc Boisson est chef d’entreprise. Il manage sept artistes de la rénovation de bâtiments anciens.



Jean-Luc Boisson Manager d’artistes de la rénovation
Pour rénover des bâtiments anciens, il faut être un artiste ! affirme Jean-Luc Boisson. Longtemps spécialisé dans les engins de manutention et de travaux publics, son travail n’a rien de commun avec les métiers de l’artisanat. Toutefois, c’est avec force qu’il aime les métiers du bâtiment. “J’ai la passion des vieilles pierres et des monuments historiques”. Ce sont ses deux enfants qui l’ont décidé à venir s’installer en Corrèze. Sans idée précise, il cherche alors à reprendre une entreprise de fabrication, en parle à ses amis et multiplie, en vain, les recherches. Les mois passent. Nulle entreprise ne le séduit. Alors M. Boisson se rend à la Chambre de Métiers, rencontre Jean-François Robert, et se voit proposer une entreprise du bâtiment. Autant dire que l’idée ne l’a pas vraiment emballé. Jusqu’au jour où il rencontre M. Chirol pour qui céder son entreprise devient urgent, faute de licencier ses salariés et de vendre, au mieux, son matériel à un concurrent. La rencontre sera décisive.

“Une entreprise ne se vend pas, elle se transmet"

Ravi, M. Chirol rêve d’un avenir assuré pour son entreprise et ses salariés. L’entreprise conservera son nom, gage de la notoriété gagnée avec le temps. Pour le jeune repreneur, "c’est sur la relation avec le cédant que se construit la pérennité d’une entreprise". Et comme l’accompagnement est primordial, celui-ci demande parfois conseil à l’œil expert de M. Chirol. "Une entreprise ne se vend pas, elle se transmet !"

“le capital d'une entreprise ce sont : ses hommes"

D’après Michel Fernando,  "une pierre se pose dans son lit"
D’après Michel Fernando, "une pierre se pose dans son lit"
"Le capital d’une entreprise, ce n’est pas le matériel, c’est le savoir-faire des hommes" lance Jean-Luc Boisson. Il garantit que "l’esprit de création et de management, cela ne s’invente pas". Et manager, M. Boisson l’a déjà fait dans plusieurs domaines. Il comprend qu’il peut compter sur une équipe soudée de salariés. Cinq salariés spécialisés dans les métiers nobles de la restauration. Parce que la restauration, "c’est un esprit bien à part, bien différent de la maçonnerie contemporaine ou pavillonnaire". Ne pensez pas que M. Boisson est un homme de bureau. Avant de se lancer, il lui aura fallu se perfectionner aux techniques du métier, pendant plus de six mois, chez les compagnons. Depuis, en bon dirigeant, il fait en sorte que chacun s‘épanouisse dans son métier par la créativité, l’échange d’idées et la prise d’initiatives.

Les clients, essentiellement des cadres supérieurs et des chefs d’entreprise, sont souvent anglais, hollandais, suisses ou même américains. "Une maison, c’est comme un mariage, on lui fait une beauté perpétuelle". L’entreprise compte aujourd’hui trois chefs d’équipe, un tailleur de pierres, un ouvrier spécialisé et deux manœuvres. Trois nouvelles personnes ont rejoint l’entreprise, même s’il regrette de ne pas trouver d’ouvriers qualifiés sur le marché du travail. Désireux d’attirer les jeunes dans son métier, il cherche un moyen de les rapprocher du savoir-faire des anciens. Alors, Jean-Luc Boisson souhaite former un nouvel artiste : un tailleur de pierres qu’il remettrait entre les mains de son spécialiste Michel Fernando, dont la renommée s’étend, dit-on, bien au-delà du canton.

Mercredi 5 Mai 2004
Lu 20853 fois




1.Posté par BACONNET le 22/05/2010 20:07
Coucou, amie peut-être avec Florence et Michel...Asnières...Beaucoup de souvenirs en commun...Attente impatiente..;
Biizz si connu..;
marie-claire

Nouveau commentaire :

Votre message sera validé par notre modérateur avant publication. Merci de votre commmentaire.