Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Zoom

Laboratoire dentaire Multifacette : retrouvez le sourire !

>> Un métier, un artisan



Salués par la profession et par les prix, Philippe Labau et Pierre Pister dirigent depuis huit ans le laboratoire dentaire Mulifacette à Brive. Un laboratoire que les deux prothésistes ont su remettre à flots au prix de lourds efforts personnels. Ingénieux et bricoleurs, associés et travailleurs, ils sont aujourd’hui les très secrets virtuoses de vos sourires.



Laboratoire dentaire Multifacette : retrouvez le sourire !
Plutôt discret, le pas-de-porte de l’avenue Zola n’affiche pas d’ambitions en lettres capitales. Une plaque de laiton indique au passant attentif l’existence du laboratoire refait à neuf quelques mois auparavant. Dans l’entrée, le mur affiche sobrement diplômes et récompenses : prix de la dynamique artisanale 2003, premier prix des Carnots Artisanat Limousin 2002 et formation qualimed 1997. Au rez-de-chaussée, les postes de travail parfaitement alignés conduisent à différents fours et machines à vapeur, à tailler le plâtre, à cuire, à faire le vide, à vibrer ou encore à sabler. L’endroit peut paraître bien étrange. Un escalier en colimaçon mène au seul étage que compte l’immeuble. Ici tout est lumière et raffinement. Surprise : un fauteuil de dentiste vous propose une séance de relaxation, un essayage ou une correction colorimétrique à l’aide d’un teintier. Il faut dire que la profession porte en elle une frustration historique bien française : les prothésistes dentaires ne rencontrent que très rarement le destinataire final de leur création. Une création pourtant réalisée "avec les tripes", avec le cœur. Comme le feraient des artistes. "Les anglais connaissent et choisissent leur prothésiste", indique Philippe Labau. Et vous, connaissez-vous le vôtre ?

Adjointe ou conjointe ?

Laboratoire dentaire Multifacette : retrouvez le sourire !
Olivier, Maria, Estelle et Nicolas sont salariés. Ici, chacun "sa patte", sa spécialité. Avant toute chose, il faut savoir que la profession se compose de deux branches distinctes : la prothèse adjointe et la prothèse conjointe. La prothèse adjointe est une restauration totale ou partielle de la dentition quand seule la prothèse amovible - couramment appelée dentier - est possible. C’est la spécialité de Pierre Pister. La prothèse conjointe, dite fixe, est scellée en bouche et vient en reconstitution des dents abîmées ou cassées : il s’agit des couronnes, richmonds, bridges, inlay-cores… Elle peut être en chrome cobalt ou en or et peut être composée de céramique ou à facette composite. C’est la partie de Philippe Labau. Aujourd’hui, la tendance est à l’implantologie prothétique qui évite les effets disgracieux et autres déconvenues…

Le métier nécessite une maîtrise des différentes techniques que seul le temps peut vous donner. M. Pister insiste : "il faut dix ans au minimum pour maîtriser le métier et les matériaux". Ainsi, pour obtenir une prothèse en céramique, des couches de poudres sont diluées puis superposées les unes sur les autres. Chaque couche correspond à une couche naturelle de votre dent et peut être cuite jusqu’à 900°.

Pour réaliser une prothèse amovible, près de quinze  étapes sont nécessaires depuis le coulage du maître modèle au polissage en passant par la sculpture à cire perdue et les essayages chez le dentiste. Pas moins de cinq à six heures de travail, hors temps de cuisson et de séchage. Un vrai marathon !

Un marché plutôt figé

Laboratoire dentaire Multifacette : retrouvez le sourire !
Philippe Labau et Pierre Pister sont salariés lorsqu’ils décident de racheter le laboratoire qui les emploie en 1996. La société est alors très endettée. Ensemble, ils décident de changer l’image de l’entreprise et entreprennent le remplacement d’équipements devenus vétustes et inappropriés. Il leur faudra également gagner la confiance de la clientèle existante et élargir leur marché. "Nous voulions trancher radicalement avec les méthodes antérieures et apporter une image moderne, transparente et de qualité optimale" confie Pierre Pister. Alors, les quatre premières années sont économiquement difficiles. Les salaires seront gelés pendant quelques temps. Un salarié déménage, son poste ne sera pas renouvelé.

La clientèle, essentiellement composée de dentistes, est tout aussi exigeante que les matériaux sont complexes à manipuler. Mais les associés de Multifacette ont compris toute l’attention que doit porter un artisan à sa clientèle. Une clientèle plutôt figée, qui peut travailler avec le même prothésiste pendant des années et n’en changer qu’à la suite d’un incident malheureux. Aujourd’hui, une trentaine de cabinets dentaires cohabitent en Corrèze, près de vingt exercent sur le pays de Brive. Alors la concurrence est dure. "Beaucoup de nos clients sont situés en Dordogne, dans le Cantal et en Haute Corrèze. Nous leur rendons visite une fois par an au minimum pour garder le meilleur contact possible", livrent-ils. Sans doute une des recettes de leur succès. Perfectionnistes, ils ont également revu la présentation de leurs emballages : toutes les prothèses sont livrées sous cellophane frappé "aux armes" du laboratoire, accompagnées d’un certificat d’authenticité, d’une fiche technique et d’un numéro de lot. La traçabilité concerne aussi vos dents !

Au prix de lourds efforts, le laboratoire Multifacette s’est aujourd’hui fait un nom dans la profession. Pierre Pister et Philippe Labau mordent alors la vie à pleines dents et envisagent même d’intégrer l’infographie 3D à leur process de fabrication. Histoire d’être à la pointe de la technologie.

Vendredi 8 Octobre 2004
Lu 5016 fois



Nouveau commentaire :

Votre message sera validé par notre modérateur avant publication. Merci de votre commmentaire.