Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Chambre de Métiers

Le mot de l’élu : André Chanonat



artisan tailleur à Tulle, Membre élu à la CMA, Président de la commission des affaires générales



Le mot de l’élu : André Chanonat
Il aime
- Le sport
- La photo
- La cuisine du terroir
- Les musées et la convivialité
 
 
Il n’aime pas
- Le manque de franchise
- La prétention
- La vantardise
- Les sans-gênes

Quel regard portez vous sur l’artisanat ?
Les artisans fournissent un travail de qualité et sont globalement meilleurs et plus performants aujourd’hui. Mieux formés, plus pointus, ils ont gagné en connaissances et en compétences. Ils sont aussi plus à l’écoute de leurs clients, savent mieux les orienter, les conseiller. Et l’image du secteur reste très positive. 
 
Comment se porte l’artisanat sur Tulle ?
Malheureusement, la crise est là et est très importante. Les artisans que je rencontre me disent que c’est extrêmement difficile. Dans ces situations, nous n’avons pas d’autre choix que de nous serrer les coudes, faire jouer le bouche à oreilles, la recommandation. Dans le même temps, les comportements évoluent : les clients sont en recherche d’économies en tous genres. Ce qui est valable pour l’énergie des bâtiments ou des véhicules l’est aussi aussi pour d’autres domaines tels que l’habillement. Les clients ne veulent plus consommer jetable mais durable. 
 
Et l’activité de la confection?
La société change et les physiques des clients aussi. L’offre sur le cœur du marché du prêt à porter est complètement saturée. Les marques l’ont d’ailleurs très bien compris et se tournent vers des segments extrêmes réservés aux clients les plus grands, les plus minces, les plus ronds… Ces gabarits étaient jusqu’à présent une clientèle réservée au sur-mesure. Pour répondre à la demande, je pense que les magasins vont réintégrer des compétences de retoucheur. Donc arrêter de sous-traiter cette activité. Ce qui pose le problème de la formation professionnelle qui n’existe plus ! 


Lundi 15 Juillet 2013
Lu 145 fois