Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Chambre de Métiers

Le mot de l'élu



Marcel Demarty,
3ème Vice-Président de la CMA de Corrèze



• Il aime / Il n'aime pas...

 
Il aime : La liberté de l’artisan, la vie, le sport, son métier, et surtout la famille et les enfants. 
Il n’aime pas :  La routine, quand tout va bien… c’est mauvais signe. Et les gens qui se prennent trop au sérieux.

• Quel regard portez-vous sur l’artisanat ?

L’artisanat est en crise. Les signes de relance annoncés ne sont pas encore perceptibles. Les artisans et acteurs économiques montrent des signes de souffrance. Si cette période est sombre, elle développe pourtant un terreau propice à l’innovation. C’est « Le » moment de se remettre en cause, d’investir et de préparer la reprise. Cette stratégie audacieuse permet à l’artisan de se développer, même en période plus trouble. Elle peut porter ses fruits ! Car si l’on arrête d’avancer, irrémédiablement on recule. Alors il faut oser, lancer et innover !

• Comment se porte l’artisanat sur Brive ?

C’est le reflet de ce qui se passe ailleurs. Brive est peut être plus touchée que les zones rurales par la concurrence accrue des grosses entreprises. Non que ce soit plus facile côté « campagne », mais les groupes sont moins présents et les marchés plus locaux. Dans l’ensemble, certains tirent leur épingle du jeu dans tous les secteurs. Allez savoir pourquoi ? Ont-ils tout repensé ? Peut-être pas entièrement, mais ils se sont adaptés au contexte du marché.

Et vos activités de réparation, sellerie pour véhicule et ameublement ?

Il ne faut pas se plaindre, nous avons du travail. Les consommateurs, en temps de crise, conservent leurs voitures et canapés. Ils privilégient la réparation à l’achat. Et puis, le développement de l’ameublement m’a permis de combler la baisse de chiffre d’affaires du secteur automobile. J’ai eu une opportunité que j’ai saisie. Je conseille donc aux artisans de rechercher des activités de développement périphériques à leur métier, de ne rien laisser passer et de ne pas avoir peur de foncer. C’est un peu ça l’esprit d’entreprendre. 

Lundi 14 Juillet 2014
Lu 165 fois