Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Chambre de Métiers

Le mot de l’élue : Liliane Coujour



Liliane Coujour,
électricité, plomberie, climatisation
à Arnac-Pompadour,
membre élue de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat



Le mot de l’élue : Liliane Coujour
Elle aime
- la nature
- la marche à pied
 
Elle n’aime pas
- la foule
- la ville

Quel regard portez vous sur l’artisanat ?
Etre artisan, c’est le plus beau métier du monde ! Mon époux est passionné par son activité. Les métiers manuels permettent de toucher, modifier, transformer, façonner, personnaliser et différencier les réalisations. L’artisanat, qui représente plus de 500 activités différentes, occupe une place privilégiée dans l’économie française. Malheureusement, je pense que ce secteur, générateur d’emplois, n’est pas suffisamment valorisé. Notre pays a besoin de ses artisans.
 
Comment se porte l’artisanat à Arnac-Pompadour ?
Dire que la conjoncture économique actuelle est préoccupante et pesante semble être un euphémisme. Ce sentiment de mal-être fait partie de notre quotidien. Les individus sont devenus très vigilants quant à leur manière de consommer. Le processus de décision d’achat du consommateur est beaucoup plus long (recherche d’informations, évaluations des alternatives, prise de décision). Rien n’est dépensé au hasard. Néanmoins, mon mari Hervé et moi-même, travaillant à Arnac-Pompadour depuis 15 ans, bénéficions d’une clientèle fidèle. La situation est beaucoup moins difficile que dans les grandes villes où la concurrence est abondante.
 
Comment évolue votre métier ?
L’évolution de notre métier est formidable ! Il existe des solutions innovantes, design et ludiques (plafonds lumineux, chauffage à énergies renouvelables etc.). Toutefois, les tâches administratives sont de plus en plus contraignantes, et ce, notamment pour les petits artisans. Responsable de toutes ces démarches depuis 15 ans, je constate que les normes actuelles, de par leur rigidité et complexité, nous amènent à passer de plus en plus de temps dans l’élaboration de dossiers. Difficile pour un artisan de rester des heures et des heures dans un bureau !


Mercredi 3 Avril 2013
Lu 315 fois