Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Chambre de Métiers

Mot de l’élu



Laurent Saute, artisan boulanger à Masseret, membre élu à la Chambre de métiers et de l'artisanat, secrétaire adjoint



Il aime

Mot de l’élu
- sa femme et ses 3 enfants
- les repas conviviaux
- la sincèrité

Il n’aime pas

- la jalousie
- les injustices
- le manque de respect

Quel regard portez-vous sur l'artisanat ?
J'ai toujours été au contact de l'artisanat. Dans mon enfance, puis comme salarié dans une petite entreprise artisanale, puis en tant que commercial au contact des artisans électriciens, et enfin comme boulanger depuis juillet 2006. Je trouve que les artisans consacrent de plus en plus de temps à leur entreprise et s'engagent moins dans les organisations professionnelles. Il me semble que la génération précédente était plus solidaire, mais l'environnement économique était moins compliqué qu'aujourd'hui.

Comment se porte l'artisanat sur Masseret ?
Nous avons la chance de posséder un grand nombre d'artisans, au regard de la taille de la commune. Tous les métiers de première nécessité sont présents.
Un pôle médical complet (médecins, pharmacie, infirmiers, ambulanciers, taxis...) s'est installé et nous attire beaucoup de clientèle. Mais la concurrence existe et les gens ne sont pas toujours conscients de l'importance des commerces de proximité en milieu rural.

Comment évolue votre métier de boulanger ?
Ces dernières années, notre métier a connu diverses évolutions. Il y a eu beaucoup d'installations réalisées par des collectivités territoriales ou des meuniers sans réellement se soucier du marché. A la concurrence des grandes surfaces et des terminaux de cuisson s'ajoutent ces installations souvent éphémères. Les conséquences sont rapidement la baisse du chiffre d'affaires, la baisse de la marge des entreprises déjà présentes, puis des suppressions d'emplois et de grosses difficultés de trésorerie. Je reste cependant optimiste pour l'avenir car les entreprises sérieuses ne devraient pas avoir trop de mal à traverser cette crise.

Mardi 17 Janvier 2012
Lu 335 fois