Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Zoom

Pains, Croissants, ...

>> Un métier, un artisan



Il est 6 heures ce Jeudi matin. Dans la pâle lueur de l’aube, seules les lumières du fournil et du magasin de la boulangerie éclairent la place du bourg de Tarnac. Derrière ce calme absolu, c’est pourtant l’effervescence dans la boulangerie. Dans une heure, les premiers clients vont venir acheter baguettes et croissants. Dans une heure trente environ, il va falloir commencer la tournée journalière d’une soixantaine de kilomètres.



Pains, Croissants, ...
« Lorsque nous avons un quart d’heure de retard dans nos tournées » nous avance Madame Saquet « les clients, souvent des personnes âgées, nous appellent pour savoir si l’on va bien passer ».

C’est un lien important que ce contact régulier, un lien de vie, tout d’abord, qui va permettre tout simplement de discuter et d’apporter les nouvelles, un lien de services, ensuite, avec, ici, le transport de médicaments commandés à la pharmacie ou, là, de quelques produits d’épicerie.
Au delà de la fourniture symbolique du pain, ce lien social témoigne de la cohésion et de la solidarité des populations.


Pains, Croissants, ...
« Nous avons toujours tenu à effectuer ces tournées » nous confie Monsieur Saquet « et j’ai le souvenir, un jour de très fortes chutes de neige et de très hautes congères, d’avoir vu mon fils finir la livraison à pied avec de la neige jusqu’à la taille. Nous avions d’ailleurs utilisé les services d’un agriculteur et de son tracteur pour sortir de là ! »


Pains, Croissants, ...
Malgré des horaires d’ouverture qui n’obéissent en rien à la semaine de 35 heures, l’artisan et son conjoint ne refusent jamais de servir un client retardataire ou du dimanche après-midi.

« Ce service et cette disponibilité sont notre force » avouent-ils !

Ce service qui leur a permis, comme tant d’autres artisans, de pleinement s’exprimer lors de la tempête de 1999. Privés d’électricité, ils ont remis en marche avec l’aide de nombreux habitants de la commune, le très vieux four à bois de l’ancienne boulangerie. Pour la plus grande joie de tous ! Et le pain ne manqua pas.

Ce service, enfin, qui, au delà de leur activité, les transforme, en quelque sorte, en banquier : ne sont-ils pas, en effet, « Point vert », c’est à dire distributeur de billets de banque pour le compte d’un établissement bancaire bien connu de nos campagnes.


Le mot de la fin, il revient au Maire de la Commune :

Pains, Croissants, ...
« Pour une petite commune, le boulanger, c'est très important ... et on est très content d'avoir le notre »

Cette histoire, simple et banale, dans sa quotidienneté, c’est l’histoire d’un couple de boulangers mais elle peut-être l’histoire de tous les boulangers, les bouchers, les garagistes, les plombiers,....... Une histoire de lien social, une histoire de services, de services au public, ou osons le dire de service public.

Samedi 1 Novembre 2003
Lu 1885 fois



Nouveau commentaire :

Votre message sera validé par notre modérateur avant publication. Merci de votre commmentaire.