Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Actualités

Protéger son patrimoine avec l'EIRL



Avec l'Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL), les artisans peuvent désormais séparer leurs biens personnels du patrimoine professionnel. Une véritable révolution pour les entreprises corréziennes.



Laurent Conche, à gauche, a choisi le statut d'EIRL lors de la reprise de l'entreprise Décap France. Il explique son choix à Christian Lavent, Jacques Saleix et Pascale Vennat, élus à la Chambre de métiers.
Laurent Conche, à gauche, a choisi le statut d'EIRL lors de la reprise de l'entreprise Décap France. Il explique son choix à Christian Lavent, Jacques Saleix et Pascale Vennat, élus à la Chambre de métiers.
En 2010, près de 60% des créateurs d"entreprises artisanales en Corrèze ont choisi d'exercer leur activité dans le cadre d'une entreprise individuelle. Une forme juridique qui a pourtant l'inconvénient majeur de rendre son dirigeant responsable sur son patrimoine personnel des dettes nées de son activité professionnelle.

"Depuis le 1er janvier 2011, avec l'EIRL, le chef d'entreprise détermine le patrimoine qu'il affecte à son activité professionnelle, ce qui a pour conséquence de rendre ses biens personnels insaisissables" explique Christian Lavent, Président de la Chambre de métiers.

"Avec ce statut, j'ai pu commencer mon activité l'esprit tranquille, me concentrer sur mon travail" analyse Laurent Conche. Ancien salarié chez Blédina, celui-ci a repris en février dernier l'entreprise de décapage de bois et métaux de son beau-père Décap France à Malemort. Il est le premier en Corrèze à avoir opté pour l'EIRL. Il reconnait que la forme sociétaire, de type SARL, lui faisait peur : "Je n'ai jamais dirigé d'entreprise, je ne maitrise pas toutes les subtilités administratives et financières et surtout, l'EIRL m'a permis d'opter pour le régime de l’impôt sur les sociétés (IS)".

"L'EIRL concerne l'ensemble des entreprises artisanales, et pas seulement les créateurs ou repreneurs. Toute entreprise artisanale peut passer sous ce nouveau statut juridique" a insisté Christian Lavent. Avant de préciser que le dispositif, fondé pour les artisans sur une déclaration auprès de la Chambre de métiers, se révèle simple et peu onéreux.

Contact :
CFE, 05 55 29 95 96


Samedi 16 Avril 2011
Lu 2120 fois



Tags : EIRL, statuts

Nouveau commentaire :

Votre message sera validé par notre modérateur avant publication. Merci de votre commmentaire.