Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Zoom

SARL Boissy : la famille de meuniers excelle dans le granulé



Dans la campagne verdoyante de Chamboulive, Jean Boissy dirige un moulin pas comme les autres. Avec 8 salariés, l’ancien meunier fabrique des aliments pour le bétail. Il a réussi le pari de la conversion de la minoterie familiale. A ses côtés, ses enfants Annette et Jean-François, préparent, sur des bases saines, l’avenir de l’entreprise. Rencontre.



SARL Boissy : la famille de meuniers excelle dans le granulé
"C’était un moulin à farine. J’étais meunier avec mon père " explique Jean Boissy. Ce moulin, le moulin de Pierrote, c’est la maison de son enfance. Une maison qui a bien changé depuis qu’il a repris l’affaire familiale dans les années 70. Pour survivre, Jean Boissy a dû totalement réaxer la production de la minoterie et se spécialiser, petit à petit, dans la fabrication d’alimentation animale. Exit les farines : les
minéraux, les céréales et les granulés ont envahi les greniers et les silos.

Pour les bovins, les ovins, les porcins, les équidés, les volailles et les lapins, la famille Boissy compose une gamme très large d’aliments. Les matières premières brutes sont mélangées selon des formules préétablies
par l’Institut National de Recherche Agronomique (I.N.R.A.). Pour chaque formule, un échantillon est conservé, un autre analysé en laboratoire.

Du soja, des céréales et des minéraux

SARL Boissy : la famille de meuniers excelle dans le granulé
Trois grandes familles de matières premières sont mélangées : les tourteaux de soja, garantis à moins de 0,9 % d’O.G.M., proviennent du Brésil. Jean Boissy les achète par l’intermédiare d’un courtier. Un transitaire les achemine notamment par les ports de Saint-Nazaire et de Bordeaux. Papiers à l’appui, le chef d’entreprise établit rapidement les similitudes entre le cours des tourteaux et le cours de la bourse. Il lui
faut donc jouer avec les devises etles aléas des cours à l’international. Avec des commandes par 100 tonnes de soja par mois, à 200 € l’unité, mieux vaut être bon gestionnaire !
Composante essentielle de l’alimentation animale, les céréales proviennent quant à elles de nos régions voisines : le blé et l’orge de l’Indre, le maïs de la Dordogne. Près de 3000 tonnes par an sont transformées au moulin de Pierrote. Aux céréales et au soja sont ajoutés, suivant les formules, la luzerne, la pulpe de betterave, la mélasse de canne à sucre et des minéraux tels que le fer, le calcium ou le cuivre.

Deux maîtres mots : qualité et relations clients

Le chiffre d’affaires, en hausse constante, dépasse largement le million d’euros et ce sont les agriculteurs,
qui à plus de 95 %, sont les principaux clients de l’affaire Boissy. Les magasins de revente de céréales et les particuliers (pour les volailles, les chevaux ou les lapins) complètent l’activité.

Outre la recherche permanente de qualité des produits, les relations avec la clientèle ont toujours été au coeur de la vie de la société. "J’ai privilégié le contact avec les clients" explique Jean Boissy. Au début, il a fallu combattre les rumeurs sur l’avenir de la société. Et puis, les clients ont hésité à changer de fournisseur : "ils ont commencé par me donner une partie de leurs commandes pour me tester". Mais le bouche-à-oreille a fait son affaire. “Aujourd’hui, ce sont mes clients", lance fièrement Jean Boissy. Un sentiment justifié dans un milieu très concurrentiel : plus de 6 sociétés sont spécialisées dans l’alimentation animale en Corrèze, sans compter "ceux qui viennent de loin". Pour les formules alimentaires médicamenteuses, nous ne sommes que 3. C’est une des forces de l’entreprise.

A 67 ans, Jean Boissy garde un oeil passionné sur l’activité de sa société. Il sait que ses enfants, qui ont déjà pris des parts dans l’entreprise, en assurent l’avenir. Annette, 40 ans, est en charge des livraisons. Jean-François, 43 ans, est responsable de la production. Tous les deux ont toujours, ou presque, vécu au moulin et savent qu’ils doivent faire face à une nouvelle forme de concurrence : certains agriculteurs réalisent eux-mêmes leurs mélanges. Mais, demandez leur d’envisager l’avenir, et d’une
seule voix ils vous rétorquent "adaptabilité !" Sans oublier pour autant "de miser sur le service clientèle
et la qualité de la production". Une formule chère à leur père. Une formule qui fait le succès de la société.
A suivre.

Lundi 18 Juillet 2005
Lu 4433 fois



Nouveau commentaire :

Votre message sera validé par notre modérateur avant publication. Merci de votre commmentaire.