Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Actualités

Une formation accessibilité pour les taxis



La loi du 11 février 2005 précise qu’avant 2015 tout personnel ou partie du personnel, doit être en capacité de recevoir une personne ayant une déficience physique, sensorielle, mentale, cognitive ou psychique.

C’est dans ce contexte réglementaire, que le Cnisam a conçu, il y a déjà quelques mois, des outils pédagogiques pour accompagner les taxis à développer un service accessible aux personnes handicapées (réalisation de 6 films mettant en situation des professionnels et des personnes souffrant de handicaps, une fiche technique…). Pour poursuivre cette action, le Cnisam, en collaboration avec les organisations professionnelles du secteur travaille sur la mise en place d’une formation « Accessibilité des personnes déficientes mentales, psychiques, ou cognitives ». Cette formation a pour objectifs, entre autres d’appréhender le marché du handicap et du vieillissement, de connaître l’esprit et l’objectif de la réglementation, de définir le pictogramme S3A et d’en rappeler les exigences d’accessibilité dans la profession des artisans taxis… Elle s’adresse aux chauffeurs artisans taxis (chefs d’entreprise, salariés, conjoints collaborateurs, ainsi qu’aux formateurs des chauffeurs artisans taxis), et leur sera proposée au 1er semestre 2013. *Centre National d’Innovation Santé, Autonomie et Métiers

n Contact : Cnisam, 05 55 79 40 70 www.cnisam.fr



Eric Gerveix

Une formation accessibilité pour les taxis
Taxi Saint-Cyr & Ambulances Saint-Maurice, Isle

« L’accompagnement est fondamental dans la prise en charge d’un client fragilisé, d’où l’importance d’être sensibilisé à la S3A »
 
« Dans notre métier, nous sommes quotidiennement confrontés aux difficultés à se déplacer des personnes à mobilité réduite ; mais pas seulement, nous prenons en charge également des clients qui présentent des déficiences mentales ou psychiques, ou encore des pesonnes fragilisées, parce qu’elles sont malades ou âgées. Bien entendu, mon activité d’ambulancier est un avantage, car il m’a permis d’acquérir très tôt les règles et les attitudes à adopter. Mais le transport de personnes est un métier de services avant tout. Il implique un accompagnement particulier, du « sur-mesure » pour chacun de nos clients, c’est ça l’artisanat. Je ne fais pas du colisage, ce n’est pas le métier que j’ai choisi. 
 
Alors, pour s’adapter au client fragilisé, et avant toute chose, le considérer comme un client lambda, je crois énormément à l’efficacité du suivi de cette formation. Le handicap ne se voit pas toujours. C’est pourquoi cette formation s’avère indispensable. D’ailleurs dans mon entreprise, - chauffeurs, ambulanciers ou auxiliaires - nous suivrons tous cette formation. Une piqûre de rappel ne peut être que positive ! »
 

Jean-Philippe Gourinet

Une formation accessibilité pour les taxis
Artisan chauffeur taxi, Limoges. Président du SNCT, section87

« La formation est un outil indispensable pour accompagner et faciliter le transport des personnes fragilisées »
 
Le vieillissement de la population et les difficultés de nombreuses personnes fragilisées à se déplacer sont des réalités qui touchent particulièrement notre région, et qui sont d’autant plus problématiques en milieu rural. Et parce que c’est un sujet qui touche tous les professionnels et leurs salariés, la formation, mise en place par le Cnisam, est une réponse à la bonne prise en charge de ces personnes. »
 

Christiane Minsat

Une formation accessibilité pour les taxis
crée son entreprise de taxi en 1983 ; elle compte une salariée et 2 véhicules légers.

« Je souhaitais un véhicule mixte, qui puisse accueillir dans les mêmes conditions de confort et dans le même espace, aussi bien mes clients handicapés que valides. C’était la condition sine qua non de la transformation de ce véhicule. »

Parce qu’elle ne pouvait plus assurer le transport de son petit client, handicapé moteur, sans risquer de le blesser en l’installant sur la banquette arrière, Christiane Minsat décide de s’équiper d’un véhicule TPMR mixte (Transport de Personnes à Mobilité Réduite).
 
Elle connaît parfaitement les besoins et les attentes de son client et effectue de mulitples recherches sur les sites spécialisés dans l’aménagement des véhicules TPMR. « Je savais exactement ce que je voulais ; et ce dont je ne voulais pas. C’est avec les plans que je me suis rendue chez le concessionnaire qui s’est occupé de la transformation sur-mesure du véhicule ». 5 mois plus tard, le véhicule flambant neuf est équipé de suspensions hydrauliques permettant d’abaisser ce dernier, sous la simple pression d’un bouton. Une fois le haillon ouvert et la rampe baissée, la personne en fauteuil peut alors, en toute autonomie accéder à l’intérieur de l’habitacle, avec fixation du fauteuil à l’aide de ceintures rétractables. Mais la spécificité de la transformation réside dans l’aménagement de l’espace arrière.
En effet, le banquette arrière a été remplacée par deux sièges indépendants entre lesquels vient se glisser le fauteuil. « Ainsi, le client bénéficie des mêmes conditions de transport que n’importe quel autre usager ; il partage le même espace, sans être mis à l’écart comme ça peut être le cas dans les véhicules adaptés ».
 
Pari tenu. Depuis le 1er septembre dernier, date de première mise en circulation, les clients de l’entreprise Minsat sont très satisfaits de leur nouveau taxi ; qu’ils soient valides, déficients ou … un petit garçon en fauteuil.
 
« Dès la création de mon entreprise, installée en milieu rural, j’ai été confrontée à la perte d’autonomie, et à l’accompagnement de personnes déficientes ou handicapées. Pour une meilleure prise en charge et pour adopter les bons gestes, je suivrais la 1ère session de la formation des Artisans chauffeur taxi « Accessibilité des personnes déficientes mentale, psychique, ou cognitive », nouvelle formation développée par le Cnisam ».


Mardi 1 Janvier 2013
Lu 148 fois