Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Economie

Entretien avec Anne Zappa, Directrice de la Banque de France



L'environnement économique et financier actuel conduit les chefs d’entreprises artisanales à renforcer les relations avec leurs principaux partenaires (banques, fournisseurs…). Mais cet exercice n'est pas toujours facile. Au-delà d’un langage commun, dialoguer nécessite que les intérêts soient partagés, que les risques soient maîtrisés. A ce titre, la Banque de France joue deux rôles essentiels : celui de médiateur dans la résolution des conflits, et celui d’évaluateur en notant des entreprises dans le but de rassurer les partenaires entre eux.



Anne Zappa,  Directrice de la Banque de France
Anne Zappa, Directrice de la Banque de France
De plus en plus d’artisans rencontreraient des difficultés de financement pour leur entreprise. Qu’en est-il dans le contexte économique actuel ?
Les banques ont toujours été partie prenante au financement des entreprises et elles continuent à faire leur métier. En contrepartie, elles ont des exigences inhérentes à la profession que ce soit en termes de partage de risque ou de transparence des clients à leur égard. De son coté, la Banque de France a veillé, avec l’instauration de la médiation du crédit, à accompagner les entreprises confrontées à des difficultés de financement mais également au respect des contrats existants.

Dans quelles circonstances, une entreprise artisanale peut-elle faire appel à vous ? Quelles démarches doit-elle entreprendre ?
Une entreprise peut faire appel à la Banque de France à tout moment pour s’informer sur sa cotation ou sur les éléments recensés dans nos fichiers dans le cadre du droit d’accès prévu par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL). Elle peut également saisir la Médiation départementale du crédit en cas de refus ou de suspension de financement bancaire.

Que recommanderiez-vous aux artisans pour établir de saines relations avec leur banquier ?
Pour que la Banque soit un véritable partenaire de l’entreprise artisanale, il est important de ne jamais rompre le dialogue. En cas de difficultés, la transparence vis-à-vis de ses interlocuteurs doit être totale. Elle permettra de mieux appréhender les problèmes rencontrés.

Plus encore :
La Banque de France, en association avec la Chambre de métiers de la Corrèze et la Chambre de commerce et d'industrie, organise au mois de novembre 2011 une réunion d'information. Cette réunion qui s'adressera aux relais et partenaires des entreprises artisanales, commerciales et industrielles, a pour objectif de présenter l'ensemble des outils de financement mis à leur disposition (notamment les cautions mutuelles) et le rôle de médiateur de crédit de la Banque de France.

Médiation : mis en place à l’initiative du Président de la république et piloté par les directeurs départementaux de la Banque de France, le dispositif est ouvert à tout chef d’entreprise, artisan, commerçant, profession libérale, entrepreneur individuel, repreneur ou créateur d’entreprise dès lors que leurs établissements financiers refusent un financement lié à une activité professionnelle.

Cotation Banque de France : la cotation est une appréciation délivrée par la Banque de France sur la capacité de l’entreprise à honorer ses engagements financiers à un horizon de trois ans. Elle est utilisée dans le cadre de la politique monétaire et pour les besoins du contrôle prudentiel. Elle fournit aux établissements de crédit et aux fournisseurs (via des sociétés de garantie) une information sur la qualité des engagements actuels ou futurs. Les entreprises, quelles que soient leur taille et leur chiffre d’affaires, se voient attribuer une cotation qui évolue en fonction d’évènements favorables (augmentation du chiffre d’affaires, rentabilité, solvabilité…) ou défavorables à l’entreprise (incidents de paiement, procédures collectives…).

Quelques chiffres :

• 1930. C’est le nombre de médiations de crédit engagées au 1er semestre 2011 en France. 1100 entreprises ont pu poursuivre leur activité grâce à la médiation.

• 500. C’est le nombre de correspondants bancaires nommés dans les réseaux pour suivre le dispositif de médiation.

• 31.12.12 C’est la date jusqu’à laquelle est prolongé le dispositif de médiation.

Pour toutes questions relatives à une difficulté dans votre entreprise, contactez le Service économique de la Chambre de métiers,
05 55 29 95 98

Samedi 15 Octobre 2011
Lu 1350 fois