Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Zoom

Gilles Stiers, artisan graveur à Combressol



En 2001, Gilles Stiers se lance dans la gravure de précision sur la commune de Combressol, près de Meymac. Huit ans plus tard, il continue de développer l’affaire familiale et travaille dans l’ombre pour des artisans locaux mais aussi des grands noms de l’industrie, de la haute-couture ou des particuliers. Un succès qu’il doit à sa détermination, son sens du service et sa vision du marché.
Et pour partie à internet…



Gilles Stiers s’est spécialisé dans la gravure industrielle, artisanale et funéraire. Grâce à une très grande souplesse, il est capable de répondre aux commandes dans des délais très courts.
Gilles Stiers s’est spécialisé dans la gravure industrielle, artisanale et funéraire. Grâce à une très grande souplesse, il est capable de répondre aux commandes dans des délais très courts.
Dans la famille Stiers, on a la gravure dans le sang. Né d’un père graveur à St Angel en Corrèze, Gilles Stiers n’imaginait pourtant pas reprendre un jour le flambeau familial. De formation électronique, il décide, à l’aube de la quarantaine, d’assurer la relève de ses parents nouvellement retraités. « Je ne voulais pas que tout s’arrête mais je ne pensais pas pouvoir en vivre. » Alors, avec la plus grande des prudences, il reste salarié au sein de l’entreprise de pesage qui l’emploie à Ussac. Il travaille d’arrache pied, multiplie les allers-retours vers la haute Corrèze et réinvestit tous ses gains : « On était au début du numérique. Mon père n’avait que 2 pantographes et une scie. J’ai acheté ma première machine à commande numérique avec les logiciels pour 15000 €. » Un pari risqué. En 18 mois, il se rassure, réalise un chiffre d’affaires suffisant pour vivre et démissionne en 2002.

Des projets complexes et des petites séries

Gilles Stiers, artisan graveur à Combressol
Aujourd’hui, Gilles Stiers est entré dans le petit cercle de la gravure. En Corrèze, moins de cinq entreprises exercent encore ce métier de précision. Certaines travaillent en galeries commerciales, d’autres sont spécialisées dans la pierre ou la gravure industrielle. Mais très peu se positionnent sur plusieurs segments. Et c’est toute l’originalité de l’entreprise Stiers installée à Combressol sur le canton de Meymac. « Notre positionnement géographique nous pousse à accepter de faire plein de choses différentes, parfois complexes ou en très petites séries… Un marché qui n’intéresse pas les grandes entreprises ».

L’entreprise travaille principalement dans la gravure industrielle et fabrique des plaques de repérage pour des armoires électriques (synoptiques). En aluminium anodisé (basé sur l’utilisation de l’électrolyse), les plaques sont marquées à vie avec une machine au laser. Gilles Stiers et Thomas, son tout nouvel employé, réalisent également des panneaux de signalisation, de sécurité et de danger ainsi que des étiquettes en plastique, laiton, alu ou encore des étiquettes souples d’identification de fluides à coller sur des tuyauteries.

Depuis quelques temps, l’entreprise s’est également spécialisée dans la gravure sur pierre de granit de Pérols, granit noir d’Afrique ou du Zimbabwe… A partir de pièces de 6 m2, Gilles Stiers débite des plaques à destination des cimetières, monuments aux morts… Autre matière, autre technique. Pour les minéraux, il sable puis creuse les lettres par micro-billage avec du corindon sous pression à plus de 5 bars. Pochoir, colle et feuilles d’or sont utilisés pour les finitions.

Mais, Gilles Stiers ne s’arrête pas là. Il propose également de la gravure sur verre, miroir ou bois pour les pros ou les particuliers. Depuis peu, il développe l'impression sur articles publicitaires (stylos, porte-clés…) et fabrique des tampons encreurs et des autocollants recouverts d'une couche de résine (doming).

Alors, tout comme sa production le laisse penser, Gilles Stiers côtoie des clients très différents les uns des autres : industriels (Alstom, Cegelec, EDF, Thales pour des radars en Inde), collectivités (plaques signalétiques en verre pour la Mairie de Tulle, tramway de Bordeaux, chaufferies de Paris, Ministère de la défense…) particuliers mais aussi artisans locaux (Chéri bibi, Le Tanneur de Bort…).

Internet comme axe de développement

Avec un chiffre d’affaires en constante évolution (126 000 € en 2009, + 15%), Gilles Stiers pourrait se contenter de mener tranquillement sa barque. Mais, d’un naturel tranquille, le chef d’entreprise n’est pourtant pas de nature à se reposer sur ses lauriers. Ainsi projette t-il de doubler son espace de travail (en agrandissant un garage attenant*) et d’ajouter une nouvelle corde à son arc : la signalétique sur pvc, vinyle…

Dernier point : il envisage d’intégrer internet comme un canal de distribution à part entière. Surprenant ! pourrions-nous penser. Mais son premier site internet** lui a permis d’augmenter son chiffre d’affaires de 20 à 30% en 2 ans. ­­­« Chaque mois, ce sont 2 à 3 affaires qui rentrent, parfois des petites et parfois des marchés à l’année », explique-t’il. Alors d’ici quelques mois, Gilles Stiers compte passer à la vitesse supérieure et mettre en place une véritable boutique en ligne. Un espace de vente pour des articles qui s’expédient facilement : tampons, plaques professionnelles, plaques de boites aux lettres, de maisons, de médecins, articles publicitaires… Une évolution que n’avait certainement pas imaginée Jacques, son père, lors de la création de l’entreprise.

* avec l’aide éventuelle de la Démarche collective territorialisée du Parc naturel régional de Millevaches
** créé en 2008 lors d’une formation organisée par la Chambre de métiers
www.gravure-stiers.com
Gilles Stiers, artisan graveur à Combressol

Vendredi 9 Juillet 2010
Lu 3890 fois



Nouveau commentaire :

Votre message sera validé par notre modérateur avant publication. Merci de votre commmentaire.