Artisanat, Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE
Trait d'Union, Trait d'Union,
Artisanat en Corrèze : Trait d'Union, le magazine de l'ARTISANAT en CORREZE

Zoom

Zoom sur Philippe Blasco, maître-artisan Boulanger à Ussel.



Âgé de 44 ans, Philippe Blasco fait parti de ces artisans tombés dans la marmite jeune. À 12 ans, il aide régulièrement le boulanger de son village. « J’ai été éduqué par le travail », s’enthousiasme-t-il. C’est donc tout naturellement qu’il entre en apprentissage à 17 ans pour y suivre un CAP Boulanger-Pâtissier puis un BM en Boulangerie. Installé, sur Ussel, depuis 2010, il nous livre sa vision de l’artisanat.



Un parcours riche

Maître-artisan Boulanger-Pâtissier, il débute sa carrière en tant que salarié à Paris (Porte de Vanves), Vienne, Périgueux, Gourdon et Brive allant même, lors d’un séjour en Sicile, frapper à la porte d’un boulanger italien et travailler à ses côtés. « J’ai toujours eu besoin d’apprendre et de m’enrichir. Ce n’est qu’auprès des autres, de ceux qui savent, qu’on grandit un peu plus chaque jour, » lance-t-il.

Puis, il s’installe à son compte « avec les poches vides, mais l’envie et la rage de réussir ». Son épouse le rejoint, quittant ainsi le secteur de la restauration, dès les premières heures de l’aventure. D’abord sur la commune de Varetz (2000 habitants) en 1998 puis Saint Léonard de Noblat (5000 habitants) en 2005 avant de s’installer sur Ussel (10 000 habitants) en 2010 avec 6 salariés.

Depuis son installation en Haute-Corrèze, Philippe Blasco et son épouse innovent et les clients le leur rendent bien ! « Ils sont friands de nouveautés, confie ce dernier qui vient d’inviter un MOF (Meilleur Ouvrier de France, Gaëtan Paris, afin d’élargir son offre quotidienne par une nouvelle baguette aussi croquante et dorée qu’une tradition au goût de noisette ou encore une brioche aux agrumes, des pains aromatiques sucrés salés (chocolat blanc, noisettes et raisons, olives, pommes, camembert) etc. Pourquoi ? « Dans le seul but de s’améliorer sans cesse, d’emmener une équipe avec nous et de donner un nouvel élan à notre entreprise », ajoute-t-il.

Son crédo : l’excellence et le partage de sa passion

Dès 1991, il remporte un concours gastronomique décerné par la ville de Brive, le 1er prix sucré autour du fruit-rouge. Puis, il se présente deux fois au concours de Meilleur Ouvrier Boulanger de France (MOF) en 2007 et 2014. Une sélection très rude, mais quelle expérience ! « Le temps nécessaire à la préparation d’une telle épreuve sur le plan créatif et technique vous font grandir. Cet investissement est à mettre au service du quotidien et le rend plus sûr ». Dans le même temps, il intègre l’Union compagnonnique pour les valeurs qu’elle incarne mais aussi pour capitaliser encore sur ses différentes expériences.

Et comme un écho à son investissement, c’est sa jeune apprentie, Camille Combier, 19 ans, qui est devenue Meilleure Apprentie Pâtissière du Limousin en 2013, puis 4ème aux sélections du Meilleur Apprenti Pâtissier de France en 2014 sous sa houlette stricte et paternelle. Il a gagné son pari, celui de montrer que l’on peut réussir dans l’apprentissage d’un métier manuel, d’art et de valeurs humaines.  
 

La boulangerie : un commerce résistant, témoin et symbole d’une économie encore à visage humain

« Les centres-villes se meurent, les commerces ferment et avec ce drame des liens sociaux qui s’évaporent  un peu plus chaque jour », constate Philippe Blasco. Pour « contrer » cela, il se forme, innove et se diversifie. « J’ai développé un rayon traiteur composé d’une offre en entrées froides ou chaudes salées et un éventail de sandwichs, indique-t-il. Récemment, j’ai ajouté, derrière le magasin, quelques visuels pour inciter les clients à venir se garer derrière la boulangerie. » Oui son métier change et s’adapter à ces modifications et aux demandes des clients est une forme de résistance.

Son autre rôle : transmettre aux jeunes volontaires et courageux, l’envie et la passion du métier. C’est ce qu’il a fait avec Camille Combier et ce qu’il réalise régulièrement avec des élèves d’écoles primaires qu’il accueille pour leur présenter son métier et, qui sait, susciter quelques vocations.

Et Philippe Blasco de conclure par une citation d’Auguste Rodin : « l’humanité ne sera pas heureuse tant que les hommes n’auront pas des âmes d’artistes ; c’est-à-dire tant que le travail ne donnera pas du plaisir à chacun. »

Mardi 21 Avril 2015
Lu 359 fois



Tags : blasco